Cent absences

Il y a mille façons de dire au revoir. Il y a cent absences. Celle qui vous jette dans les tréfonds de votre âme. Celle qui s’en fuit la nuit, vos rêves dans ses bagages. Celle qui vous souffle « un jour, après, patience».

C’est long l’absence, c’est vide.
En un instant, un tourbillon de manque. 
Un chemin vers la brume.

Un dernier regard. Un geste. La porte qui claque, l’écho d’un coeur qui tremble dans l’escalier. L’armée de souvenirs qui vous tire par la manche. Le trottoir d’en face. Des restes d’une nuit d’automne. Le Temps, sa vitesse folle. Trente six mois. Quoi ? Deja ?

Puis, au coin de la rue, la Suite. Un soleil qui s’y couche, la beauté qui s’annonce. Un phare dans la tempête. Et pour contrer l’absence, les rêves. Il y en a tant a faire. 

Un jour, après, patience.