Adieu tristesse, Paul Éluard

Adieu tristesse,
Bonjour tristesse.
Tu es inscrite dans les lignes du plafond.
Tu es inscrite dans les yeux que j’aime.

Paul Éluard, extrait de À Peine Défigurée dans La vie immédiate (1932)