L’heure du thé fumant, Verlaine

Et les yeux se perdant parmi les yeux aimés
L’heure du thé fumant et des livres fermés
La douceur de sentir la fin de la soirée
La fatigue charmante et l’attente adorée.

Paul Verlaine, extrait de XIV dans La Bonne Chanson (1872)