Je pleure parce que je n’ai rien de plus à dire, André Gide

Je pleure parce que je n’ai rien de plus à dire. Je sais qu’on ne commence pas à écrire quand on n’a rien de plus à dire que ça. Mais j’ai pourtant écrit et j’écrirai encore d’autres choses sur le même sujet.

André Gide, Les nourritures terrestres (1897)